Skip to content

Pierre Jouniaux au micro de Radio Classique

“C’est une illustration et sans doute une cause du dynamisme du secteur aéronautique en France qui existe maintenant depuis 1 an à Paris. Dans le 15e arrondissement, un incubateur totalement dédié au secteur aéronautique et au transport aérien, Starburst Accelerator est une pépinière destinée, comme son nom l’indique, à accélérer le développement d’entreprises déjà bien établies. Une trentaine de sociétés font déjà partie de l’aventure, Emilie Valès est allée à leur rencontre.

Reportage:

«Nous sommes en train de développer une sorte de voiture volante, un véhicule tout terrain, capable de décoller en 50m» Jérôme Dauffy (JD) a créé sa start-up Vaylon en 2010 et son buggy volant à destination des forces armées, des industriels, il compte bien le commercialiser fin 2016 grâce notamment à l’incubateur.

JD: «Cela nous permet de passer certains paliers, de faire certaines rencontres et d’avancer plus rapidement. Des contacts à la fois pour nous aider dans la production de véhicules, mais ce sont aussi des potentiels investisseurs. C’est une porte ouverte vers certains décideurs auxquels nous n’aurions pas eu accès tout seuls, par exemple le directeur technique d’Airbus.»

Ancien pilote de ligne et aujourd’hui PDG de Safety Line, Pierre Jouniaux (PJ), 45 ans, développe un logiciel pour permettre aux avions d’économiser du carburant. Il a rejoint cette pépinière d’entreprise il y a un an:

PJ: «Il y a plus d’entraide et pas vraiment de concurrence, le fait de regrouper des start-ups dans un même lieu, ça permet des échanges, on a des problématiques qui vont être équivalentes en termes de financements, de RH, d’administratif etc. Par exemple, j’avais un projet avec la Banque Publique d’Investissement, le fait que d’autres start-ups avaient travaillé avec ce genre de dossier, ça a permis d’aller plus vite».

François Chopard (FC) est le fondateur de cet incubateur, il souligne l’originalité du concept.

FC: «ça n’existe pas en Europe et ça n’existe pas aux États-Unis, ça a pu émerger en France car la filière aéronautique est extrêmement développée grâce aux acteurs comme Airbus, Safran, Thalès…qui nous financent en étant partenaires, en échange de quoi ils sont intéressés à voir émerger ces nouvelles technologies, ces nouvelles start-ups, afin de faire de la veille technologique et voir ce qui pourrait les intéresser pour augmenter l’innovation de leurs produits futurs.»

L’incubateur propose un accompagnement de deux ans maximum, le temps de vraiment lancer les entreprises, car l’objectif est d’accueillir régulièrement de nouveaux projets.”

Ecouter le reportage complet ICI (à partir de 6’20”)

Propos recueillis par Emilie Valès pour Radio Classique.